Tout savoir sur MiFIDVision
Avec le soutien de

Conférence de presse MiFIDVision du 6 juillet 2021 : l’analyse financière vue par les acteurs de la Place de Paris

Le mardi 6 juillet 2021 matin, sur l’initiative de la SFAF, les membres de MiFIDVision se sont réunis lors d’une conférence de presse afin de présenter, pour la 3ème année consécutive, la photographie de la situation de l’application de MiFID 2 ainsi que deux études sur la qualité de la recherche sous l’angle des investisseurs, réalisée en partenariat avec l’Af2i et l’AFG, et sous l’angle des émetteurs, réalisée en partenariat avec le Cliff.

Etaient notamment présents à l’occasion de cette conférence de presse : Delphine d’Amarzit, PDG d’Euronext Paris, François-José Bordonado, vice-président du Cliff, Christophe Bourdillon, CEO de CDC Croissance, Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace, Thierry Giami, président de la SFAF, Stéphane Giordano, président de l’Amafi, Maxime Mathon, membre de la SFAF, Christophe Nijdam, délégué général de l’Af2i, et Éric Pinon, président de l’AFG.

La tendance qui se confirme est celle de la diminution de la couverture des sociétés par l’analyse. La réforme de MiFID 2, qui visait à faire baisser les coûts de l’analyse financière, n’a pas eu pour effet de la développer, au contraire. Aussi bien les investisseurs que les émetteurs constatent une décroissance du nombre d’analystes et une baisse de la qualité des analyses, notamment chez les petites et moyennes valeurs. A noter également que l’intégration de l’extra-financier prend de l’importance dans l’évaluation de la qualité de l’analyse par les émetteurs et elle se développe pour la majorité d’entre eux.

La recherche sponsorisée par les entreprises se développe par ailleurs. Le nombre de contrats avec les valeurs sont stables, mais la capitalisation des entreprises qui y ont recours est plus importante. Autre point marquant, les bureaux d’études français accroissent leur implantation en Europe, suivent de plus près les valeurs européennes, et de nombreux émetteurs contractent, auprès d’eux une recherche sponsorisée.

Parce qu’il n’y a pas de Place financière forte sans une recherche forte, des propositions pour maintenir l’analyse comme un atout de la Place financière de Paris et destinées à permettre aux analystes de continuer à exercer leur métier, au service des émetteurs et des investisseurs, ont été faites par les acteurs de MiFIDVision.

Les trois études, leur synthèse et le communiqué de presse (en français et en anglais) publié à l’occasion de cette conférence de presse sont disponibles via ce lien.


Actualités

A l’occasion des Rencontres Financières Internationales de Paris EUROPLACE, s'est tenue la 2ème conférence de MiFIDVision sur le thème "MiFIDVision: Rethinking the Research model", le mercredi 10 juillet 2019, de 11h à 12h30, au Pavillon Gabriel – 5 avenue Gabriel – 75008 Paris.

Au programme :

Introduction : Thierry GIAMI, Chairman, NOVE im, Chairman, SFAF.
Moderator : Bénédicte THIBORD, Global Head of Corporate Access, Exane.

  • Anne BELLAVOINE, Deputy CEO, Invest Securities
  • Dominique CEOLIN, Chairman, ABC Arbitrage
  • Barbara COHEN, Global Head of Credit Research, BNP Paribas Asset Management
  • Aude CONTAMIN, Head of European Small and Midcaps Management, CDC EVM
  • Matthias DESMARAIS, Head of Equity Research, ODDO BHF
  • Eric FOREST, Head of Listing France Euronext, CEO, EnterNext
  • Laurent HORVILLE, Head of Trading, Moneta Asset Management
  • Olivier PSAUME, Head of Investor Relations, Sopra Steria

Conclusion : Robert OPHELE, Chairman, AMF.



A lire à ce sujet: « MiFID 2 : quel avenir pour l’analyse financière des petites et moyennes sociétés ? » - lettre électronique Analyse financière du 12/09/2019


Lancement de MiFIDVision

MiFIDVision a été créée en février 2018 lors de l’entrée en vigueur des dispositions de la directive MiFID II. Elle fédère l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur financière, émetteurs, intermédiaires, investisseurs et autorités. Aux membres initiaux réunis à l’initiative de la SFAF, l’AFG, l’AMAFI, le Cliff, Euronext et Paris Europlace, en présence de représentants de l’AMF, et de la Direction Générale du Trésor, se sont joints l’Af2i, le Medef qui ont tous souhaité mettre en commun leurs données sur la Place financière et tiré une analyse des conséquences pour l’industrie financière, de l’entrée en vigueur des dispositions de cette directive.

La plateforme MiFIDVision s’est fixée trois missions principales :

  • Recenser les impacts directs et indirects, à court et moyen terme, à partir d’une bonne analyse des situations existantes. Consolider les données et les homogénéiser pour les rendre utilisables, sonder les acteurs ;
  • favoriser le dialogue entre les principaux acteurs de place ;
  • contribuer au débat de place sur les évolutions règlementaires post MiFID II.

La première étape que s’est fixée MiFIDVision dès sa création était de rendre public ces travaux. Cette première restitution a eu lieu le 27 novembre 2018. Les synthèses des travaux et la vidéo de la conférence sont disponibles sur cette page.

Le 28 janvier 2019, les membres de MiFIDVision, sur la suggestion du président de l’AMF de préparer une deuxième conférence en fin du premier semestre 2019, ont décidé de poursuivre leurs travaux d’analyse d’impact de MiFID 2.
La Commission européenne a choisi le cabinet anglais Risk and Control dirigé par William Perraudin pour conduire l’étude d’impact demandée sur deux points majeurs de la directive : les PME et le fixed income. A cet égard, un courrier lui a été adressé afin de partager les premiers messages et aussi connaître sa méthodologie d’approche et son calendrier. Le courrier est disponible sur cette page.

Dans le cadre de la réflexion menée, le Cliff, en partenariat avec la SFAF et Euronext, a réalisé un premier sondage auprès des émetteurs pour connaître l'impact du dispositif MiFID dans leurs relations avec les brokers. La synthèse de cette première analyse est disponible sur ce site en date du 1er septembre 2018.
Une nouvelle enquête, disponible via ce lien, a été lancée en avril 2019 et est actuellement en cours de réalisation jusqu'au 10 mai 2019. Afin de rendre significative l'analyse des impacts de la directive, de comparer d'une année sur l'autre les évolutions et en tirer les conséquences, les responsables en communication financière des émetteurs sont invités à y répondre.